text

Découvrez la Ball chair, un symbole, comme la chaise DSR de Charles Eames

Chaise DSR de Eames

Les designers qui ont influencé le monde du design et l’ensemble de la profession sont nombreux. Parmi eux, nous pouvons citer le créateur de la chaise DSR http://www.grenier-marco.fr/chaise-dsr-de-charles-eames-fauteuil-organique/, Charles Eames qui est surtout connu pour l’utilisation de nouvelles techniques et de nouveaux matériaux. De nombreux autres ont changé la façon de penser, quand il s’agit d’ameublement, Eero Saarinen, Arne Jacobsen, mais aussi Eero Aarnio. Eero Aarnio est le créateur de la « ball chair », comment lui est venue l’idée de cette chaise ? Comment l’a-t-il mise en œuvre ? C’est en 1962 que le designer âgé de 30 ans démarre réellement sa carrière, il travaille en free-lance et vient d’emménager avec sa femme dans leur nouvelle maison. C’est là qu’il se rend compte qu’il ne possède pas de meuble pour se relaxer et se prélasser. C’est ce constat qui le pousse à créer lui-même un fauteuil aux formes géométriques, en restant dans la tendance organique.

Après de nombreuses ébauches et dessins, il se rend compte que le fauteuil qu’il souhaite créer ressemble à une boule. C’est alors qu’il décide de créer « une pièce dans une pièce », un fauteuil aux formes arrondies, qui fait penser à un cocon dans lequel on peut s’isoler au cœur d’une pièce. En même temps ce fauteuil permet d’être en contact avec l’ensemble de la pièce, puisqu’il peut roter à 360 degrés, caractéristique que la chaise DSR de Charles Eames ne présente pas. Une fois que le prototype a été réalisé et qu’il a pu voir le fauteuil de ses yeux, le nom lui est venu tout naturellement : The Ball Chair. C’est de cette manière que l’un des fauteuils les plus célèbres du 20e siècle a vu le jour.

Pour fabriquer ce fauteuil, Eero Aarnio a décidé de proposer une coque en aluminium et une coque en fibre de verre. L’intérieur du fauteuil est recouvert d’un tissu afin que l’ambiance au cœur du fauteuil soit intimiste et cosy. Précisons qu’il a intégré un téléphone dans le fauteuil. À l’intérieur du fauteuil, on est préservé des bruits autour et on peut se relaxer dans cet espace isolé et passer des appels. Il est clair que la chaise DSR de Charles Eames ne propose pas de telles alternatives. La Ball Chair a été présentée pour la première fois en 1966 au salon international du meuble à Cologne. La chaise a connu un franc succès et depuis on l’a vue dans plusieurs films comme « Mars Attacks », ou « Moon Zero Two ».

text

Pourquoi acheter un bien sur le marché immobilier à Marrakech ?

immobilier Marrakech

Vous souhaitez acheter un bien sur le marché immobilier à Marrakech mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous souhaitez en savoir plus pour trouver le palais de vos rêves en plein cœur de la ville ocre ? Quelques conseils utiles  sur ce site : http://www.atlasimmobilier.com/pour vous aider à faire le bon choix et surtout à ne pas vous tromper lors de votre décision finale.

Comprendre le marché immobilier local !

Depuis le début des années 2000, le marché de l’immobilier à Marrakech s’est fortement développé en corrélation avec le développement touristique de la ville. Les étrangers notamment les français sont venus en masse pour investir et trouver leur bonheur sur le marché local. Il faut dire que ce marché a de nombreux atouts pour plaire au plus grand nombre.
Les prix sont souvent beaucoup plus attractifs que sur le marché en France ou dans d’autres pays européens même si ceux-ci se sont envolés depuis 2005. La crise économique internationale étant passée par là a permis une stagnation mais aussi une baisse des prix de plus de 25% du mètre carré dans certains quartiers de la ville ocre. Une nouvelle aubaine pour les investisseurs étrangers qui souhaitent tenter l’aventure.

Comment trouver le bien de ses rêves à Marrakech ?

Après la crise économique qu’a connue le monde depuis 2007, les investisseurs sont de plus en plus méfiants et craintifs quant au fait d’investir à l’étranger. Il n’y a pas plus de risque de faire une mauvaise affaire en France ou dans son pays d’origine qu’à l’étranger. Le tout est de savoir où et comment investir pour profiter pleinement de son bien que ce soit simplement pour les vacances ou pour commencer une toute nouvelle vie au soleil.
Le Maroc est un pays en perpétuelle évolution depuis une dizaine d’année et le développement de Marrakech en est un exemple parfait. La ville s’est fortement agrandie depuis une dizaine d’année pour le plus grand plaisir de tous. La période est idéale pour investir car de nombreux biens sont à vendre que vous cherchiez un riad, un appartement, une villa,… mais peu de ventes se concrétisent. Les acheteurs ont repris le pouvoir que détenaient les promoteurs et les vendeurs depuis 2000. Quand vous aurez trouvé un bien correspondant à vos attentes, n’hésitez pas à négocier, à insister pour faire baisser le prix pour faire une meilleure affaire et pouvoir en profiter par la suite pour faire des aménagements et quelques menus travaux.
Vous avez les cartes en main, il ne vous reste plus qu’à faire le bon choix ! Il y a encore de très bonnes affaires à faire sur le marché de l’immobilier à Marrakech. N’hésitez pas à vous renseigner auprès des nombreux professionnels du secteur !

text

Comment se préparer pour une compétition d’enduro au Maroc ou ailleurs ?

atlasdesertenduro

Les compétitions d’enduro au Maroc ou ailleurs, sont organisées au niveau régional, il faut savoir que chaque région a ses propres conditions et elles peuvent varier d’une région à l’autre. Toutefois, une chose est certaine, avant de se lancer dans un enduro il faut un minimum de préparation personnelle et pour le matériel. Le plus important est la préparation de la moto. Elle doit être propre, en bon état, homologuée, la carte grise à jour, la plaque d’immatriculation et les numéros d’homologation bien visibles, une assurance à jour, des pneus adaptés et homologués, des feux qui marchent, une mousse de guidon et une béquille, des leviers boulés, un pot pouvant passer au sonomètre, un carter de protection pignon de sortie et de couronne, s’assurer d’avoir collé les fonds de plaque et les numéros de course. Bien évidemment vous devez avoir le plein de carburant, que ce soit un mélange ou de l’essence.

Se préparer soi-même pour un enduro

Être prêt pour une compétition qui va probablement durer plusieurs jours, loin de chez soi, impose de faire une petite préparation personnelle. Parfois vous pouvez résider en France et participer à un enduro   au Maroc avec Atlasdesertenduro, il faudra bien évidemment penser aux conditions d’entrée et de séjour sur le territoire marocain, avoir un passeport et ses vaccins à jour, trouver un hébergement adéquat, prévoir un budget pour les repas, etc. Pour la compétition même il faut que votre sac vous permette de tenir au moins pendant les quelques heures que dureront les épreuves. Choisissez un sac de grande contenance qui peut contenir au moins 1 litre d’eau à boire, quelques barres énergétiques, du fil de fer, des leviers, 1 bougie la clef à bougie, des colliers, un sélecteur, 2 attaches rapides, des durites, des clefs pour démonter.

Parmi les équipements divers que vous devez emporter pendant votre enduro au Maroc, vous ne devez pas manquer d’avoir votre licence, qu’elle soit UFOLEP ou FFM, le permis de conduire qui correspond à votre moto, des protections homologuées pour votre dos et votre ventre, un casque homologué qui porte généralement un numéro d’homologation commençant par 05xxx. Vous devez également vous munir de deux paires de gants, deux bidons de carburant et de l’huile, deux paires de lunettes contre les projections, sans oublier le tapis environnemental qui est obligatoire en enduro, surtout quand vous ferez le plein de carburant.

text

Comment faire connaître la cheminée au bioéthanol à un évènement d’envergure ?

cheminee-biotethanol

La cheminée au bioéthanol est devenue un équipement incontournable dans nos foyers. C’est tout le monde qui souhaite l’avoir. Les producteurs sont de plus en plus nombreux, il est donc important pour les entreprises promotrices de cet équipement de faire preuve d’innovation afin de mettre en avant leurs produits plutôt que ceux des autres. L’un des moyens de faire connaître leurs innovations et leurs nouveautés, pour les entreprises, est de se faire représenter aux évènements de grande envergure qui réunissent les professionnels, les acteurs et les consommateurs du secteur concerné. Le salon Flam’expo est un rassemblement qui se tient en France. Il s’agit du salon leader sur le territoire français en ce qui concerne les poêles et les cheminées. La dernière édition de ce salon a vu la participation de 100 exposants et marques, 60 appareils ont été présentés lors de démonstrations en temps réel et 35% des exposants sont venus de pays étrangers. C’est dire que l’évènement a une envergure internationale.

Flam’Expo, un salon d’envergure internationale

Après deux éditions réussies, le salon Flam’Expo est devenu une référence en France dans le secteur des poêles et des cheminées. On y retrouve tous les équipements indépendants qui permettent de se chauffer au bois, des poêles, des inserts, des conduits de cheminées, des combustibles, et même des cheminées au bioéthanol. C’est l’occasion pour les professionnels de venir y promouvoir leurs produits et leurs équipements. Flam’Expo est parfaitement ancré dans l’actualité et fait preuve d’anticipation face aux besoins des populations et des clients. Flam’Expo fait partie du Pôle Energies. Ce pôle comprend plusieurs salons, notamment Enéo, Rexel, EnR, Énergies Froid et Flam’Expo. Au total le pôle Énergies réunit plus de 500 exposants.

Avec ce salon, les participants ont l’occasion de découvrir ce qui se fait de mieux en matière de chauffage. Ils ont également la possibilité de mettre en place de nouveaux partenariats et de se mettre en synergie avec d’autres acteurs du secteur, afin de profiter au maximum des atouts et des agrégats du marché. En plus des équipements et des appareils, Flam’Expo propose également des équipements de fabrication, des solutions de stockage, de distribution, etc. Vous y trouverez non seulement votre cheminée au bioéthanol, mais également des solutions pour son entretien. Le salon occupe un espace de 80 000 m2, des expositions, mais aussi des conférences, des colloques, des récompenses, des innovations, etc. La prochaine édition se tiendra du 8 au 10 mars 2017.

text

Découvrir la cuisine marocaine au cœur d’une maison d’hôte à Marrakech

cuisine-marocaine

Louer une maison d’hôte à Marrakech donne généralement aux touristes la possibilité de découvrir la culture marocaine de différentes manières. L’un des aspects que les touristes découvrent aisément, au sein même de la maison d’hôte à Marrakech est la cuisine locale. En effet, la cuisine marocaine a ses particularités, comme toutes les cuisines à travers le Monde et l’on sait que l’on est au Maroc quand on mange certains mets en particulier.

Les spécificités de la cuisine marocaine

La cuisine du Maroc est de type méditerranéen, elle est marquée par une multitude de plats Arabes, Juifs et Berbères. La plupart des mets phares en Afrique du Nord ont des similarités mais la cuisine marocaine parvient quand même à se démarquer du lot. En plus des influences juives, arabes et berbères de la cuisine marocaine, on note des influences venant d’Afrique subsaharienne mais aussi de l’Inde à cause des épices qui sont très présentes dans les mets Marocains. Parmi les plats que l’on retrouve le plus dans la culture culinaire marocaine, nous pouvons citer la pastilla, le méchoui, le tajine, le couscous. Ce sont des mets que l’on retrouve dans les autres pays de l’Afrique du nord, notamment l’Algérie. Par contre on y retrouve aussi des mets qui sont typiquement issus du Maroc, comme le tajine mrouzia, la harira qui est une soupe utilisée pour rompre le jeûne, le baddaz, la tangia marrakchie originaire de Marrakech, la tagoula qui est une farine d’orge, la seffa salade faite d’oranges parfumées à la cannelle.

Les principaux ingrédients dont on se sert dans la cuisine marocaine sont les lentilles, les légumes, les fèves, les haricots blancs et la sardine qui est l’un des poissons les plus utilisés au Maroc. Pendant le petit déjeuner, les marocains consomment du msemmen, le meloui qui est plus doux et compact que le msemmen, la harcha ou encore le baghir que l’on accompagne de beurre, de fromage ou de miel. Ce sont là des dérivés des crêpes, faits surtout à base de farine et d’eau. Le pain consommé au Maroc a une forme ronde, il est assez épais et varie selon la région dans laquelle on se trouve du fait des ingrédients mais aussi de la préparation. De toutes les façons pour tous les mets, on retrouve des variantes selon les régions. C’est le cas du thé qui est différent dans chaque région, il est assez sucré dans le nord du pays et parfumé au safran dans le sud du royaume.

Le tajine, que l’on peut considérer comme le plat national est généralement utilisé lors de rencontres familiales. Pour la dégustation, tous les convives s’asseyent autour du plat, le couvercle est enlevé et chacun mange à sa guise avec les doigts, la plupart des mets au Maroc sont accompagnés de pain à la consommation. Notons que pendant la dégustation les doigts ne doivent pas toucher plus que ce que l’on consomme. Lorsque la famille reçoit un invité de marque, le chef de famille tournera le plat de telle sorte que l’invité ait les meilleurs morceaux de viande.

text

A bord d’une villa avec piscine à Marrakech, basculez dans le modernisme de l’immobilier !

Immobilier-de-luxe-à-Marrakech

Cotesudimmo est le spécialiste de l’immobilier à Marrakech qui vous propose une panoplie des biens immobiliers tels que des appartements, desvillas de luxe à Marrakechet des riads pour vos projets touristiques ou privés. Cette agence immobilière vous accompagnera au long de votre  parcours immobilier afin de répondre à vos exigences et réaliser votre projet immobiliers dans les meilleures circonstances.Ainsi, la modernisation de l’offre immobilière  participe à notre confort lors de nos différents séjours. Cela se défile à travers l’évolution de l’immobilier Marocain.

La modernisation de l’immobilier au Maroc

_villa_Marrakech_jpg

Le secteur de l’immobilier devient de plus en plus volumineux. Il suffit simplement de faire un constat autour des instituts et écoles formants dans le domainede l’immobilier. Par ailleurs, on ne cesse de voir une prolifération des agences immobilières surtout dans les villes comme Marrakech, casa, Fès, etc.Ces phénomènes par ailleurs entrainent un nombre importants d’investisseurs créant ainsi une valeur ajoutée considérable par la création d’emplois dans tous lesdomaines (juridique, fiscal, technique, financier et promotionnel) relatif au marché de l’immobilier.

Il faut joindre que cette évolution voire modernisation du marché de l’immobilier au Maroc est du également à la position géographique stratégique  dont non loinde l’Europe. La plage, le soleil et le patrimoine historique par les sites touristique ont été à l’origine de l’essor de l’immobilier au Maroc.
De ce fait, le Maroc a su évoluer dans le temps en gardant ses aspects traditionnels, ce qui fait de lui une destination prisée par les touristes. D’oùl’émergence de l’immobilier partout dans le monde par ses nombreux salons et colloques internationaux.

text

La chaise dsw dans le design des années 1950

chair-chaise-dsw-rembourée

Le design actuel n’a pas toujours été tel que nous le connaissons, comme tout courant, la tendance en termes de meubles a beaucoup évolué, avant de devenir ce que nous vivons de nos jours. La chaise dsw qui est aujourd’hui incontournable dans le paysage de l’ameublement n’ a pas toujours été connue. D’ailleurs, vous pouvez trouver ce type de chaises chez Famous Design. Dans cet article, nous ferons un tour d’horizon de l’évolution du design des meubles à travers des époques bien précises.

Naissance du design avec la chaise dsw

chaise-eames-dsw-blanc_20130205102817.4642

Tout comme la chaise dsw, les autres équipements du mobilier dit design s’inspirent d’une source double. Premièrement, le mobilier des années 1950 s’inspire du mouvement surréaliste qui prône la libération des contraintes et la rébellion. Deuxièmement, ces meubles s’inspirent des styles art Déco et Bauhaus qui datent eux-mêmes des années 1920. Le mobilier des années 1950 marque le commencement de la tendance « design », qui est à l’origine de la création contemporaine qui se base principalement sur la recherche de l’esthétique, du confort et de l’économie. Après la Seconde Guerre Mondiale qui s’est terminée en 1945, la reconstruction ouvre de nouvelles bases du design. L’exposition de l’Union des Artistes Modernes, qui a eu lieu en 1949, présente des meubles différents, ergonomiques, fonctionnels, mais aussi pratiques. Aux États-Unis, les ébénistes et fabricants de meubles traditionnels sont remplacés par des dessinateurs et architectes comme Alvar Aalto, Frank Lloyd Wright ou Le Corbusier. Ces artistes travaillent ensemble au sein des premières agences industrielles, afin de satisfaire la demande de plus en plus croissante.

Vitra-Design-charles-ray-eames-chaise-dsw-noir-4

C’est ainsi que les premiers meubles de designers voient le jour, avec des formes paraboloïdes, nettes, hyperboliques, épurées et simples, comme la chaise dsw. Dans ces meubles, on retrouve la géométrie des formes issues du style Art déco, mais elles sont libérées du principe de la symétrie, les volumes sont fins, solides et quelques fois enveloppants. L’industrie de la guerre américaine a permis la maîtrise de nouveaux matériaux et de nouvelles techniques comme le polyester, le contreplaqué, le verre, la résine, le lamifié, etc. Les couleurs sont vives et tranchantes, les dossiers de sièges sont en contreplaqué moulé. Parmi les meubles les plus connus de cette époque, nous pouvons citer la chaise LCM du couple de designers Charles et Ray Eamees, la chaise « fourmi », la chaise « tonneau », la chaise « diamant » de René-Jean Caillette, la chaise « tulipe » de Saarinen, le fameux fauteuil « egg » de Jacobsen. C’est aussi la révolution des meubles des grandes séries, ils sont identifiables par leurs bâtis, leurs montants et leurs pieds en bois clair de hêtre, ils ont des formes coniques, triangulaires, etc. Le designer Jean Prouvé a inventé le piétement « compas », il s’agit d’un piétement en V inversé, très souvent retrouvé sur les bureaux, mais aussi les fauteuils « bridge ». Les fils plastiques tendus servent pour les assises et pour les dossiers. Pour le piétement, l’acier perforé est utilisé plié ou laqué. Sous l’impulsion de Louis Sagnot, les meubles en rotin tissé serré refont leur apparition.

text

Apport de l’architecte dans l’éducation à Marrakech

architecteur-Marrakech

Dans le milieu islamique, la médersa, encore appelée medresa sert à l’éducation des plus jeunes. Au Maroc un architecte à Marrakech sur le site Bab Design a fait un travail exceptionnel sur la medersa Ben youssef qui fait partie des monuments à visiter quand on est au Maroc. Cette medresa porte le nom du souverain Ali ben youssef qui a régné de 1448 à 1458. Il était à la tête de la dynastie des mérinides durant le 15ème siècle. La medresa a été construite plus d’un siècle après la mort du souverain Ali Ben youssef, à la demande du chérif Saadi Abou Mohammad al Ghalib qui lui a régné de 1557 à 1574. Si vous cherchez des professionnels à la hauteur de ceux qui ont construit la medersa Ben Youssef, consultez le site Bab Design et vous serez satisfaits.

L’architecture de la médersa Ben youssef

La medersa Ben Youssef a été bâtie sur l’ancien site de la medersa des mérinides. Précisons que la medersa ben youssef est l’une des rares institutions du genre construites après la fin du règne des mérinides en 1465. Cette dynastie montrait un intérêt particulier pour les medersas de grande envergure. L’architecte à Marrakech qui a conçu cet édifice l’a construit en forme de carré. Un carré presque parfait qui fait 42 mètres de long et de large. Selon le plan, l’axe longitudinal est tourné 34 degrés vers la gauche en partant du méridien nord-sud. Cette rotation est semblable à celle des différentes structures dédiées à la religion que l’on retrouve à Marrakech. Le bâtiment possède une entrée unique, une ouverture de forme arquée sur la façade ouest, à son extrémité nord.

Précisons que l’architecte de la medersa à Marrakech a un portail à l’angle nord-ouest, en prenant le corridor entièrement clos, parallèle à la paroi nord de l’édifice, on tombe sur un petit espace couvert au cœur de la façade nord. Une fois que l’on est dans ce vestibule, le chemin va vers la droite et de là on peut voir à la fois la cour et le mihrab de la salle de prière. La cour a des dimensions de 15 mètres de large et 20 mètres de long. Tout autour d’elle on retrouve des galeries de plein air couvertes sur les côtés est et ouest. Au centre de la cour on retrouve une immense piscine avec peu de profondeur, elle mesure 3 mètres de large et 7 mètres de long. Généralement dans ce type de constructions, on retrouve des fontaines à ablutions, ce qui n’est pas le cas ici. Quant à la salle de prière, c’est un espace en forme de rectangle, qui mesure 15 mètres de large sur 10 mètres de long, on y accède uniquement par la cour.

text

La profession de coursier parisien

Coursier 2 roues
Le secteur tertiaire, qui est celui des services, se développe de plus en plus, c’est même le secteur le plus rentable dans les économies actuelles. Parmi les métiers qui ont connu un grand développement à notre ère, nous pouvons citer celui de coursier parisien. On retrouve de plus en plus de coursiers dans la ville de Paris voir par exemple le site Paris Paname Courses, aussi dans les autres villes du monde. Dans cet article nous ferons un petit tour d’horizon de la profession, ce que ces professionnels font réellement et comment ils le font. Le coursier est un professionnel qui fait partir des objets, des paquets ou des plis d’un point A vers un point B. Le coursier fait ses transactions pour le compte d’entreprises ou de professionnels. Très souvent le coursier ne fait pas de tournées, après chaque livraison il reprend contact avec son centre d’opérations afin de savoir quelle est la prochaine livraison à effectuer.
course-urgente
On retrouve différents types de coursiers parisiens. Premièrement nous avons les coursiers qui travaillent pour le compte d’une entreprise. Dans ce cas, ils sont des employés de ladite entreprise. Deuxièmement nous avons les coursiers qui travaillent avec une société de livraison et enfin, les coursiers indépendants qui travaillent à leur propre compte. Les horaires du coursier sont en général très serrés, puisque les clients souhaitent que leurs colis soient livrés en temps et en heure, il n’est donc pas question de perdre du temps précieux. Les coursiers qui travaillent dans les grandes métropoles sont généralement équipés de véhicules deux roues comme des motos, des vélos ou des scooters. Dans certains cas, pour des livraisons plus lourdes, on retrouve des coursiers équipés de véhicules quatre roues, pesant en général moins de 3,5 tonnes.
transport-express
En général le véhicule du coursier parisien lui est fourni par l’entreprise pour laquelle il bosse. Dans quelques rares cas, le coursier travaille avec son propre véhicule, il l’équipe et l’entretient lui-même. Bien évidemment, son employeur lui reverse des frais en compensation de toutes les charges liées au véhicule. Le coursier doit parfaitement maitriser l’environnement dans lequel il travaille, afin de toujours prendre l’itinéraire qui lui permettra de livrer son colis le plus rapidement possible. Voilà en quelques lignes le travail de coursier, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’est pas aussi facile que ça. Le livreur doit pouvoir gérer le stress des livraisons, celui de la circulation en ville et respecter son horaire afin d’assurer la productivité de l’entreprise.

text

Peut-on utiliser le carburant de la cheminée éthanol pour autre chose ?

cheminée

Les biocarburants sont désormais répartis en 3 catégories distinctes. On retrouve les biocarburants 1G qui sont fabriqués à base de biomasse alimentaire et sont utilisés dans des équipements comme la cheminée éthanol Cheminee bio ethanol france http://www.cheminee-bio-ethanol-france.com/, mais aussi les véhicules. Ensuite, on retrouve les biocarburants 2G qui sont synthétisés à partir de biomasse non-alimentaire et les biocarburants 3G à base de micro algues. Les biocarburants 2G et 3G sont les derniers à avoir fait leur apparition sur le marché et leur production est assez encouragée, à l’inverse des biocarburants 1G qui bientôt ne pourront même plus bénéficier de subventions. Les experts ont essayé aussi de déterminer dans quelle mesure les biocarburants peuvent être utilisés dans les transports maritime et aérien.

Ulrich Wenger, Directeur de la recherche et du développement chez Rolls Royce en Allemagne a présenté pendant une conférence qui s’est tenue en mars 2015, l’utilité des biocarburants dans le transport aérien. Dans son propos, il a tenu à rappeler que le kérosène généralement utilisé ne sert pas seulement de carburant, il permet également de faire fonctionner l’air conditionné des avions. Les carburants utilisés dans les avions doivent être directement utilisable par les composantes de l’avion. De plus, la densité énergétique joue un rôle important car il est important de limiter le poids du carburant utilisé et la consommation. À ce propos, le projet Aufwind a pour objectif de mettre en place un projet pour développer un kérosène à base de micro algues, il s’agira donc d’un biocarburant 3G. On constate donc que les biocarburants ne servent pas uniquement pour la cheminée éthanol.

Le commanditaire industriel de ce projet est la société Airbus et le coordinateur est le centre de recherche de Juliers. Un financement de 6 millions d’euros est assuré par le FNR, agence allemande impliquée dans le développement des biocarburants. Le montant total que nécessite le projet est de 7,5 millions d’euros. Les premiers résultats sont attendus pour la fin de l’année 2015. Les biocarburants 3G devraient pouvoir aussi alimenter les cheminées éthanol. Pour le transport maritime, le gaz naturel en liquide est une bonne alternative, afin de diminuer l’émission de gaz nocifs, qui ont tendance à acidifier l’eau de mer. Toutefois, pour produire ce type de carburants, il faut des infrastructures importantes. Les Danois sont actuellement en cours de développement d’un biocarburant 2G capable de satisfaire aux besoins des navires. Les premiers résultats sont également attendus en fin d’année 2015.